PROFIL- MP PROFIL- MP PROFIL- MP •• Il semblerait qu'une chèvre ou bien un bouc, personne ne sait vraiment de quoi il s'agit, se balade dans les couloirs du château. Parfois même, des élèves affirment entendre le rire mesquin de cette maudite bestiole sans jamais pouvoir mettre la main dessus. Le directeur affirme pourtant qu'aucune chèvre ou bouc ne se balade dans les couloirs. Affaire à suivre.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Directeur de Serpentard
avatar
Messages : 33
Age : 24
Directeur de Serpentard
MessageSujet: ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE   Ven 13 Jan - 5:35


Lignée •
sang pur.
Famille •
une fille et une défunte femme.
particularité •
loup garou involontairement.
Animal de compagnie •
un grand corbeau portant le nom de jacobo.
Profession •
directeur des serpentard & professeur de DCFM.
Lieu de naissance •
caracas - venezuela
Maison   •
ancien horned serpent à ilvermorny
Date de naissance & âge  •
2 novembre 1807
& 43 ans.
Baguette •
bois d'ébène, coeur en ventricule de dragon, trente-trois centimètre, sans souplesse.
Patronus •
autour des palombes
Epouvantard •
une bouquet de rose s'emflammant.
Amortensia •
l'odeur des roses fraîchement coupés, du pain chaud & de la mer s'écrasant sur la berge.
Ángelo Rafael VELASCO

Physique ϟ Angelo. Oh Angelo. Un nom, une carrure, une imposante présence. Du haut de ses 1m83, il est maître et roi. Observant le monde d'un œil jugeur, curieux et calculateur, ses iris d'un brun délicatement doré se fondre avec son air irrité et agacé. Ses traits se forme, ses sourcils se foncent et il ouvre sa bouche aux dents blanche pour vous réprimander avec une saveur latine. Un accent bien à lui, une épice que sa langue ne perdra jamais. Il l'utilise parfois pour son propre plaisir, mais use de la saveur du Nord en grande partie, certain n'aimant pas qu'il use de sa gorge pour chanter quelques mots de son pays. Mais il n'en prend aucune honte. Roulant ses épaules, un air indifférent, son torse au muscle bien présent poursuivant la danse, il passe une main dans ses cheveux encré avec un soupire lasse. Ses cheveux n'étant jamais très long, il les garde court selon une préférence personnelle et prend tout aussi bien soin d'eux que de sa barbe. Toujours taillé en bouc, en ayant parfois sur la mâchoire, il garde ce style bien à lui et elle se fond très bien avec le sérieux qu'il porte constamment. N'allant pas plus dans l'excentrique pour ses habits, il ne porte que des couleurs sombres. Sans éclat, sans distinction, le noir, le vert foncé, le bleu marin et le gris sont les teintes qui habille son corps massif et parsemé de vécu. Décorant la toile basané constituant sa peau, de nombreuses cicatrices se glisse et se font un chemin sur son être. Certaines d'être elle se font beaucoup plus remarquer que d'autre, comme celle qu'il porte au visage, mais le reste est très souvent hors de porter. Qui oserait mettre la main sur cet homme de toute façon? Musclé comme un bœuf, il ne rigole pas lorsqu'il se doit de réagir et il a les jambes pour se rendre rapidement à l'endroit du conflit. Découper à souhait, lorsqu'il marche dans les couloirs, on ne peut que le remarquer. Démarche confiante, imposante, en voilà un homme qui semble bien savoir où allez dans la vie, malgré quelques fluctuations dont il ne parlera sûrement jamais.

Caractère ϟ Si son nom a été posé sur les lèvres de plusieurs élèves durant de nombreuse année, c'est bien avec raison. Alors qu'a première vue, on pourrait voir Angelo comme un homme n'ayant que très peu d’intérêt envers autrui, c'est pourtant tout le contraire. Vu comme une figure à respecté, il ne se gênera jamais à vous montré la bonne façon de procédé. N'aimant pas attendre que les autres agissent à sa place, préférant régler les problèmes par lui-même pour que cela soit fait correctement, il prendra tout de même une bonne partie de son temps pour vous expliquez tel ou tel chose si vous lui demandez de l'aide. Ayant été souvent la personne se chargeant des retenues, son habitude à prendre soin des plus jeunes lui viens tous seul lorsque la situation se présente à lui. Comme un père stricte, mais blagueur, si le stresse retombe et qu'il est hors de ses heures de classe, il est d'agréable compagnie. Sans avoir à être plusieurs, aimant beaucoup plus les petits groupes et le moins d'agitation, il peut très bien passé une soirée au chaudron baveur ou autre sans broncher. Après tous, ce n'est pas parce qu'il est rendu a un certain âge qu'un peu de fun de temps de temps le dérange. Ayant toujours été dans le feu de l'action, mangeant de l'adrénaline avec du lait le matin pendant les plusieurs années où il a été Auror, il devient parfois grognon lorsqu'il réfléchit à son passé et son manque d'action. Ayant toujours été d'un tempérament à chercher les conflits, bien que ce petit défaut se calma avec l'âge, il ne perdit toutefois pas le plaisir de taquiner lorsque l'occasion se jete sur lui. Un mot échappé, un sens mal interprété et il sera le loup devant l'agneau. Il vous piquera comme un fourbe, mais s'arrangera toujours pour vous faire rire comme lui il sera entrain de le faire. En gros, ce très cher Angelo est la parfaite représentation du mec sérieux qui n'aime par contre rendre celle des autres plus intéressante.

Histoire ϟ



On nous raconte toujours que les efforts dans une vie sont toujours récompensés au bout du compte. Que la recherche de la lumière et l'aisance se monte toujours par la pente glissante. Mais qu'arrive t-il lorsqu'un ravin encore plus profond se trouve au sommet de cette réussite?

Un goût sucré, une touche de délicatesse et le voilà partit. Mais qu'avait-il demander? C'était-il mit à genou pour prier les dieux de ce cadeau béni? Il ne s'en rappelait guère. Il n'en désirait pas le moindre du monde. Entre ses mains, entre ses bras qu'il l'ont agrippé jusqu’ici, à ses jambes qui ont charmer plus qu'il ne l'aurait cru, ce cher Angelo avait trouver sa colombe. Qui l'aurait cru. Qui aurait pu dire que ce jeune pur sang au caractère problématique et aux mains maladroitement puni par les professeurs de sa jeunesse serait devenu un aussi bel homme. Qui aurait pu croire qu'il aurait été aussi bon à l'école. Nombreuses avait été les injures pour son nom. Nombreuses avait été les punitions pour ce petit fléau au mille et une surprise. Exaspérant et fatiguant, ses parents eurent du mal avec ce petit, mais il changea de tous au tous lorsque ce fameux parchemin vint à ses mains. Ses yeux remplit de vie, cette appréhension si grande et si fleurissante, elle l'enveloppa d'un parfum d'impatience et cela ne fut pas qu'une simple opportunité gaspillée.

Que de surprise, que d'agréable résultat, le jeune qui n'aurait surprise personne à ne faire que dormir en classe, créait des résultats dont ses parents ne pouvait qu'être fier. D'une passion débordante, une mer remplit de remous qui le berçait à chaque nouvelle expérience, à chaque nouveau sujet, bien qu'il n'était pas le premier de sa classe, il offrait tous ce dont il était capable jusqu'à ce que le résultat soit le même. Nombreux fut les professeurs d'Ilvermorny à apprécier ce cher Angelo. Nombreux furent les personnes à devenir proche de lui et nombreux ne furent pas surpris lorsqu'il s'engagea à devenir Auror lorsqu'il aurait terminer l'école. Si ses paroles avaient la plupart du temps un semblant de sens, elle devenait de feu et de passion lorsque l'on lui demandait ce qu'il voulait devenir plus tard. « Le plus grand Auror que l'Amérique aura connu » disait-il tout le temps avec son accent et ses yeux criant son désir. De performer, d'accomplir et de briller, il devint ce qu'il avait toujours voulu devenir à l'âge de 21 ans. Un âge jeune, mais qui restera toujours la plus importante. Pourquoi? La réponse est : Loretta.

Un nom délicat, un parfum de rose et un sourire des plus brillant, elle n'en savait peut être rien, mais elle fut la plus belle chose que le jeune homme ai vu de sa vie lorsqu'il l’aperçu dans un couloir du ministère de la magie américaine. Ses cheveux de jais, ses yeux bleus en amande qui avait croiser les siens, ce moment où le temps sembla s'arrêter puis redémarrer lentement fut et sera toujours l'un des plus beau souvenir que ce cher Angelo gardera en mémoire. Il ne va s'en dire que le jeune adulte qu'il était voulu connaître le nom de l'ange qu'il venait de croiser. On joua un peu de sa curiosité au début, mais il obtenu ce qu'il avait tant désiré lorsqu'elle le lui dit par elle même avec sa douce voix et son sourire qui dévora le cœur du jeune auror en quelques mots et quelques boucher. Jamais il n'avait eu autant de mal à s'adresser à une dame, mais celle se trouvant devant lui remplit son monde d'une façon dont il n'aurait jamais cru possible. L'amour étant une drôle de chose, une surprise qui vous saisit par la gorge et vous soumet à son pouvoir, elle se saisit de ces deux êtres et les fit fondre ensemble pour le meilleurs et pour le pire.

Et les années s’écoulèrent. Dans un rythme constant, doux et clément, les deux être portant le titre d'Auror grandirent et vécurent de nombreuse expérience à deux. Ne partant maintenant plus l'un sans l'autre, amusant quelques collègues et frustrant leurs supérieurs, rien ne pouvait les arrêter. Pris dans leur rythme, leur routine et leur flamme, une surprise se mit toutefois dans leur chemin lorsque le chiffre que portait Angelo s'écrivait maintenant de cette façon, 25. Il se rappelait de ce matin là. Ce silence délicat qui avait été interrompu d'un son bien peu élégant, dérangeant. Il se rappelait avoir été surpris et curieux à l'entendre, mais son émotion changea complètement lorsque sa femme, la belle Loretta lui annonça qu'elle attendait un enfant. Leur enfant. Des larmes. Chaude et remplit de joie, d'appréhension au futur avait couler sur les joues du basaner cette journée là, mais rien n'aurait pu le préparer au sentiment qu'il avait ressentit lorsqu'il prit ce petit être entre ses bras pour la toute la première fois. De cette chaleur, de ses petites respirations soufflant contre ses mains, ses petits poings se les appropriant en bonne et du forme, le voilà. L'homme le plus heureux du monde, c'était lui. Ce cher Angelo qui aurait jamais cru qu'un tel cadeau lui serait offert un jour. Cette paix intérieur, ce sentiment d'avoir accomplit quelques choses de plus grand que lui, voilà ce qui le fit voler bien haut dans son petit monde, mais….. Il ne vola pas aussi longtemps qu'il ne l'aurait désirer.

Si les premières années de la petite Soleena se furent dans la joie et le bonheur, ses parents faisant tout pour leur petite princesse garde son sourire d'ange, une tâche d'encre tâcha toutefois le tableau de leur belle famille lorsque la petite atteint les 8 ans. Durant cette période, nombreuses étaient les rumeurs parlant de bêtes semant la terreur dans la ville et dans les forêts autour. Le ministère étant sur les dents à cause de ses récents événement mirent de nombreux auror sur les rues pour surveiller les passants et leur assurer une certaine sécurité. Ayant été attitré à surveiller la forêt, la petite Soleena ayant été confier à une nounou, il se passa quelques longues heures sans le moindre bruits, sans le moindre mouvement jusqu'à ce qu'un cri strident agrippa les auror par les trippes. Rapide, vif et sans défaut, le couple s'élança dans le bois, mais un nouveau cri se fit entendre dans leur dos. S'arrêtant tous les deux, se faisant face tous en échangeant un regard de confiance, cela ne prit pas de temps avant qu'ils ne partent tous les deux dans des directions opposé. Lui dans la ville, elle dans la forêt. Simple, me diriez vous? Mais ce qui aurait été d'une banalité absurde se révéla être d'une toute autre nature. Si la bête canine avec laquelle Angelo s'était retrouver face à face rencontra le sol bien assez vite, celle dont sa femme devait s'occuper changea leur histoire à jamais.

Si seulement il était arrivé à temps. Si seulement il avait été plus rapide. De nombreuse fois, ces pensés lui ont crevé l'esprit, mais les fait sont les fait. Après avoir vérifié si la bête ayant tomber sous ses sorts était belle et bien morte, l'auror bien fier de sa victoire se précipita dans la forêt. Le son s=de la forêt lui sifflant dans les oreilles, le vent froid lui soufflant au visage, si on lui aurait dit la scène sous laquelle il allait assister était réelle, il n'en aurait pas cru une seule parole. Toutefois, sans avertissement, sans préavis ou chance de changer ainsi le destin, lorsqu'Angelo arriva à l'endroit où la deuxième bête se trouvait, celle-ci faisant dos à lui, il ne n’aperçus pas tous de suite. Il ne la vit pas entre les mains de la bête, ni le sang coulant sur le bord de ses lèvres. Il ne remarqua pas que son parfum s'était envolé avec elle. Oh, ce doux parfum de rose qu'il aimait tant. Cette délicate odeur qu'il appréciait tant lorsqu'elle était coucher contre lui. Celle de la femme qu'il avait aimer toute sa vie, mais qui, tragiquement, s’essouffla dans le vent froid de cette nuit d'automne. Et cela, il fini par le remarquer lorsque le sorcier lança son premier sort sur la bête. Un flamme surgissant de sa baguette, atteignant la bête dans le dos, celle-ci se retourna vers lui et ce fut à ce moment que quelque chose brisa en Angelo. En éclat, sur un sol de pierre bien dur, il se fendit jusqu'à la moelle. Un fissure qui atteint son cœur et le coupa net. Les larmes lui brûlant les yeux, l'adrénaline lui gonflant les veines et lui brouillant la raison, il fit une erreur qui assombrir le reste de ses jours. Il avait été trop imprudent. Ce n'était qu'une bête de la nuit pourtant, mais la rage et la colère l'aveugla jusqu'à ce qu'il ressente de fine lame lui couper la peau de l'épaule. Se faufilant dans ses muscles, déchirant sa chair et le condamnant de son poison, le loup garou venait de refermer sa mâchoire sur l'auror qui poussa un cri de douleur avant de se faire jeter un peu plus loin par la bête. Sa main allant couvrir sa blessure, son visage se tordant de douleur et de peine, si cela n'avait pas été de ses collègues étant venu en renfort, alerté par la bruit, ce très cher Angelo serait mort tous comme sa femme. Même si, au fond, il n'était plus. Il n'avait plus sa lumière, celle-ci lui ayant été voler par la pénombre et c'est ainsi qu'il y tomba aussi malgré lui.

Et le verre se remplit. Encore et encore, le liquide appartenant à ce monde depuis le début des temps s'écoula dans la gorge du latino. Encore et encore, il fit son chemin de la bouteille à son être. Encore et encore, jour après jour, il revenait à ses lèvres grimacer et tordu de douleur. Mais rien ne changea. Son corps étant écraser sur son bureau, son être entier ne pouvant que faire d'avantage, l'alcool noya l'auror au cœur brisé qui sombra dès le premier jour. Un petit contact, une satisfaction instantané et il sombra. Ses poumons se vidant, sa gorge de remplissant dans un flot trop grand, trop satisfaisant, il se laissa tout bêtement couler jusqu'au fond et ferma les yeux. Bouteille après bouteille, jour après jour, il disparu. Ne se présentant plus à son travaille, ne saluant plus la douce voisine de leur logement, ce pauvre Angelo ne faisait qu'oublier. Pris dans cette recherche de libération, de sérénité, il la trouvait lorsqu'il s’enivrait. Il ne pensait plus à sa belle. À ce visage sans émotion qui était gravé dans son esprit au fer chaud. Il ne sentait plus les larmes qui avait tant laisser couler sur ses joues irrité. Il ne se rappelait plus qu'il ne pourrait plus jamais partager son lit avec la plus belle des reines. Non, mais il oublia ce qui était maintenant le plus important dans sa vie, sa fille. Cette jeune demoiselle qui l'avait observer pendant de nombreuses heures et de nombreux jours. Curieuse, mais tous aussi triste de voir son père être devenu ainsi, elle se décida un beau matin de février. Les rayons du soleil allant caresser ses joues, ses doigts jouant entre eux d'une certaine maladresse et de malaise, ce petit matin qui aurait pu être comme tous ceux qu'elle avait connut changea lorsqu'elle alla s'adresser à l'être de sa vie. Grimpant sur le lit, ses mains s'agrippant contre la couette, elle fit son chemin jusqu'à son père au visage grave et neutre avant de dire c'est quelques mots : «  Papa, c'est mon anniversaire aujourd'hui » Et tous chavira de nouveau.

Si longtemps un goût amer et une impatiente rugit dans ses tripes et son cœur, que le désir de recommencer lui semblait plus facile que de continuer de marcher vers l'avant, plus haut, il ne se laissa toutefois plus jamais dévier. Ayant rapidement réaliser tous ce qu'il avait perdu, tous ce qu'il avait manquer et raté en ayant tomber aussi bas, Velasco se jura qu'il ne laisserait plus jamais tomber sa fille. Plus jamais il ne manquerait à son rôle de père. Plus jamais il ne la laisserait sans aide, sans soins et sans amour comme il l'avait fait plusieurs jour. Et cela, il le jura à sa belle Loretta. En silence, portant une main à ses lèvres, il embrassa ses doigts fin en regardant le ciel avant de la redonner à sa fille qui ne la lâcha plus. Et pour cause. Étant maintenant foudroyer par une puissante maladie chez les sorciers, en connaissant les moindres détail, mais ne sachant que faire lorsqu'il était soumis à la soif de la bête, il commença à chercher de l'aide. Aucun remède n'existant à ce jour, il finit toutefois par voir une solution à son problème lorsqu'il reçu une lettre provenant du ministère de la magie en Angleterre. Ayant tout d'abord été très surpris par celle-ci, il ne pu qu'être de joie lorsqu'il apprit qu'un sorcier de cette région du monde étudiait la bête qu'il était maintenant devenu. Une petite lueur d'espoir dans la pénombre, il décida de répondre à ce très cher sorcier et, du jour au lendemain, il prit les décision de partie dans ce pays de l'autre côté de l'océan. Surprenant, absurde et illogique, auront dit certains lorsqu'il annonça à ses collègues qu'il partait ainsi d'un coup de tête, mais pour Angelo, tous ceci avait une autre signification. Comme le vent ayant emporter le souffle de sa rose parmi les cieux, il quittait maintenant la terre qui le retenait entre ses griffes. Cette terre qui le hantait, le blessait à chaque seconde. Tous comme l'aurait désirer l'amour de sa vie, il avait décider de continuer et se rendre la vie de sa fille bien plus belle, bien plus coloré et bien plus libre qu'avant. Et c'est avec cette mentalité de fer qu'il quitta l'Amérique avec sa fille.

Si quelques hommes, femmes et enfants furent malade lors de la traverser, par un miracle et une chance à faire envier, la petite famille Velasco, arriva sans problème sur cette nouvelle terre qui serait maintenant celle de leur demeure. Si au début, les gens semblaient curieux à leur égare, ne leur faisant pas confiance vu leur couleur de peau, leur jugement changea toutefois rapidement. N'ayant pas perdu de temps, étant dés le premier jour allez annoncer son transfert au ministère du coin, leur offrant ses services dont la qualité que pouvait qu'être bien vu et acclamé. Toutefois, ce que fut que quelques mois après être retourner sur le champ de bataille qu'il réalisa qu'il lui manquait quelques choses. Un étincelle, un goût relevant agréablement sa vie et son quotidien. Bien que ses journées ne pouvait qu'être que remplit, sa vie tournant autour de sa fille et son travaille, il mâcha ce manque dont il n'arrivait pas à retrouver le goût jusqu'à ce qu'un beau jour, un homme étrange débarque au Ministère de la Magie. Drôle d'affaire, mais celui-ci allait changer complètement le cours de son histoire. L'ayant tout d'abord perçu comme un plaisantin, le regardant ainsi de promener dans les couloirs et les étages en posant des questions à qui bon voulait les entendre, ce ne fut que lorsque celui-ci parvint à lui que son jugement ne put que changer. Un coup du destin certain diront, mais il ne pourra jamais trouver les mots pour remercier ce cher Toggenbourg qui devint l'homme lui ayant proposer de devenir professeur à son école. Un coup du Ministère diront certains, mais jamais il n'aurait cru qu'on lui offrerait une chance en or de pouvoir apprendre aux futur sorciers comment de défendre contre les créatures auquel son corps, son âme et sa peine ont fait face tous au long de sa vie.

Et c'est avec un sourire au parfum de rose qu'il serra la main du directeur de Poudlard.


Vous, derrière votre ordinateur ϟ
bonjour, bonsoir et bonne nuit pour moi bientôt. je me présente, Amber. machin truc qui vit quelques part dans la neige et qui vous a envahis à cause d'un certain sully qui me kidnappe à chaque fois pour de nouvelle aventure. jai 12+ d'année d'rp et si vous ne me voyez pas en ligne, c'est sûrement parce que je joue a overwatch.

au plaisir d'être parmi vous et en espèrant que vous ne serez pas trop maltraité par mon personnage ♥



Dernière édition par Ángelo R. Velasco le Lun 23 Jan - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur de Serpentard
avatar
Messages : 33
Age : 24
Directeur de Serpentard
MessageSujet: Re: ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE   Lun 23 Jan - 2:28

Et voilà. Je signe en bas.
Cette présentation est maintenant terminée.

_________________

The only strength that really matters is the strength that makes you what you are in the eyes of those you love,
even if some of them disappear in your hands.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur
avatar
Animal de Compagnie : Serpent des blés
Messages : 157
Fondateur
MessageSujet: Re: ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE   Lun 23 Jan - 6:03

Hohoho. Me voici
Que dire que dire. C'est beau. Enfin j'avais envie de pleurer à cause de cette histoire mais c'est bon. J'ai résisté. *fière* Que dire d'autre, sérieusement ? C'est très très fluide et agréable à lire, j'ai rien a dire d'autre, vraiment. A part que j'étais grave heureuse de voir le directeur apparaître. Je me suis mise a rigoler toute seule comme une idiote en imaginant le bon vieux directeur se balader dans les couloirs du Ministère avec sa tête de satisfait. *paf*

Du coup je te valide et te laisse la lourde tâche d'aller me recenser ton avatar pendant que je me chargerai de ton don. Ensuite voilà...la paperasse habituelle, les relations, rp...tout ça tout ça quoi 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE   

Revenir en haut Aller en bas
 
ÁNGELO RAFAEL VELASCO | DONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rafael Delgado a un accident de voiture [Libre]
» C. DIEGO JIMINEZ ► Bernado Velasco
» (M) Rafael Nadal ☼ Je te connais toi!!
» Jansen Avery aka Bernardo Velasco
» 27 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas, Poudlard 1850 :: La cérémonie :: Présentation du sorcier :: Dossier d'admission :: Dossiers acceptés-
Sauter vers: