PROFIL- MP PROFIL- MP PROFIL- MP •• Il semblerait qu'une chèvre ou bien un bouc, personne ne sait vraiment de quoi il s'agit, se balade dans les couloirs du château. Parfois même, des élèves affirment entendre le rire mesquin de cette maudite bestiole sans jamais pouvoir mettre la main dessus. Le directeur affirme pourtant qu'aucune chèvre ou bouc ne se balade dans les couloirs. Affaire à suivre.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Unhappy birthday || ft. Octans S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle • Sixième année
avatar
Messages : 33
Serdaigle • Sixième année
MessageSujet: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Sam 18 Fév - 14:32




For my birthday, I want to shut your mouth.

ft. Octans Svanes.


« Majeur ». Pour presque tout les sorciers de l'école, ça sonnait un peu comme une libération, et un peu comme un avertissement. Majeur, car on pouvait faire de la magie en dehors de l'école, sortir à Pré-Au-Lard sans devoir passer par un tuteur, et même signer quelques autorisations diverses sans passer par la case « toiii, tu vas avoir des problèmes ». Majeur, parce qu'on a des responsabilités, on est l'aîné des autres, on montre l'exemple... Pour Vincent, l'un comme l'autre sonnait de manière tout à fait similaire. Et ça lui était indifférent. Il avait reçu un hibou, ce matin, au petit-déjeuner, de la part de sa famille réunie (ou au moins, les plus proches; comptant parents, deux-trois oncles et tantes, une cousine et la paire de jumeaux cousins). De l'argent, ainsi que de nouveaux vêtements spécialement cousus pour lui. Le tailleur habituel, sans doute, avait-il pensé en reconnaissant un peu la marque de fabrique au niveau des poches de cette cape neuve – il aimait bien les capes, ça donnait une sympathique prestance.

Adossé à la barrière dans la tour d'astronomie, il survolait brièvement les mots écrits sur les dizaines de pages, intéressantes comme soporifiques, de l'intitulé « Les étoiles et nos astres : secrets d'années lumières ? » offert par une Serdaigle de deux ans sa cadette. Une élève dont il oublie parfois le nom, qui a essayé par quelques tentatives loin d'être marquantes de lui ouvrir un peu la carapace. Aujourd'hui, c'était un cadeau assez ordinaire, qu'une personne polie donnerait à une autre. Pas un cadeau d'amie. Elle n'était décidément pas prête pour mieux le connaître.

Vincent aimait bien l'Astronomie, mais... bon. Sans plus.

Il n'avait pas trop l'habitude d'entendre « Joyeux anniversaire » chantée par autrui que sa famille. Et chez lui, ces fêtes restaient très modérées. Ça ressemblait plus à des repas de famille qu'à de vrais festivités comme certains moldus en font sans doute : un peu sans organisation et de manière tout à fait hasardeuse. En tout cas, les cadeaux, pour lui, n'étaient vraiment qu'optionnels.

En ce 18 février 1850, Vincent avait maintenant 17 ans.

Comme d'habitude, on ne ressentait aucun effet là-dessus, et l'excitation d'avoir gagné une année de plus ne l'atteignait pas comme ça pouvait exciter un petit garçon. Tant pis.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard • Sixième année
avatar
Messages : 59
Serpentard • Sixième année
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Sam 18 Fév - 16:57

18 Février 1850.

Tout est gelé. Le lac, la forêt, la cour du château, les escaliers menant aux différentes tours, et encore d'autres choses. Le temps semble avoir suspendu son court, la nature se montre belle dans sa souffrance. Les animaux hibernent. Les fleurs se sont rétractées. Tout est plus lent, suit le rythme imposé par les saisons. Il n'y a que nous, humains, pour continuer de vivre à vive allure, sans jamais prendre le temps ni d'observer ni de profiter. Juste nous pour nous parer de vêtements qui ne sont jamais assez chauds quoiqu'on puisse faire, pour affronter le froid alors qu'on n'en a pas envie. Je suis l'un de ceux qui aime bien le regarder de derrière ma fenêtre, l'hiver qui tombe sur le monde. Pourtant je ne le hais pas non plus. Il est utile, il sublime les environs. Sans lui, peut-être bien que le monde serait triste, monotone, juste en quelques nuances d'or et de brun. Car l'hiver est le seul capable de faire pleurer du coton aux nuages, de geler les instants, d'essouffler la frénésie avec laquelle chaque être vit sans vraiment se soucier de la valeur de celle-ci. L'hiver nous le rappelle, à quel point nous sommes fragiles, faibles. Il nous rit au nez, se pare de ses plus beaux vêtements, défile un peu partout. Face aux hommes, face aux bêtes, quelle différence si ce n'est que ces dernières sont sans doute plus facilement émues de sa beauté ? Et elles s'inclinent face à lui. Alors que nous... nous nous sommes nus. Impuissants. Et pourtant nous nous vantons d'être toujours plus intelligents que la Nature.

Il n'y a là que de la bêtise humaine.

Rien que l'on puisse malheureusement corriger et qui semble être de plus en plus importante d'années en années, dont la croissance est ponctuée de « découvertes ». D'inventions. De progrès comme ils disent. Bientôt nous inventerons quelque chose pour réguler la météo, et il n'y aura plus ni froid, ni pluies à foison. Juste du soleil et quelques averses pour continuer d'alimenter les fleuves, les mers et les océans. Oh oui, l'humain en serait bien capable, d'inventer une telle chose. Ma réflexion se coupe alors même que j'arrive en bas de la tour d'Astronomie. Je ne sais pas trop ce que je viens y faire à vrai dire, mais l'endroit me semble bien. Alors je monte, une marche après l'autre, le nez enfoncé dans mon écharpe, limitant le bruit de mes chaussures sur les marches afin de ne pas trahir ma présence à un quelconque élève ou professeur qui aurait eu la même idée que moi. Seulement en arrivant, la première chose que je remarque est cette tête blonde aux beaux yeux. Un garçon de mon âge, ou peut-être un peu plus jeune, qui maîtrise bien mieux l'occlumancie que je n'exécute la legilimancie. Pour cause ! Je suis doué pour ça, à la base. Mais je n'ai jamais eu personne sur qui m'entraîner. Et bien que ma dernière tentative se soit résumée par un succès évident, j'ai fini brisé sur le sol parce que le sortilège m'avait vidé de mes forces faute de pratique.

Vincent. Un Serdaigle.

Je ne prononce pas son prénom, non, je ne voudrais pas qu'il me remarque. Par contre me voilà qui sort ma baguette, un léger sourire aux lèvres. Profitant qu'il soit là, les yeux rivés dans son bouquin, non préparé à me repousser. Le sortilège frissonne sur mes lèvres, toujours de cette tonalité trop basse pour qu'il l'entende immédiatement, et déjà je m'enfonce dans sa tête. Ou du moins je le tente. Car je sais qu'il ne lui faudra que quelques secondes pour se reprendre et pour remettre en place les barrières qu'il tient bien trop fermement. Assurément il est doué. Parfait pour m'aider à m'améliorer. C'est en forgeant qu'on devient forgeron comme on dit ! C'est le cas pour moi. J'ai besoin de pratique, de victimes. Je ne peux pas le faire avec n'importe qui. Et je sais très bien que le jour où je percerai ses défenses, ça signifiera une première étape de franchie. Mais aussi le moment où je dois me stopper pour ne pas fouiller sa vie privée, ces secrets que l'on cache tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle • Sixième année
avatar
Messages : 33
Serdaigle • Sixième année
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Ven 3 Mar - 9:11




For my birthday, I want to shut your mouth.

ft. Octans Svanes.


Vincent était quelqu'un de très secret. Secret, pas tant parce qu'il avait des choses à cacher. Il n'en avait d'ailleurs aucune – hormis peut-être sa peur des orages, car on n'est plus aussi peureux une fois 17 ans passés, tout de même. Pourtant, il se livrait très peu, et ne parlait de lui que si on lui demandait. Et encore... tout dépendait de la question. Il n'allait pas avouer ses faiblesses, mais plutôt rester flou, dessus. Il n'allait pas non plus prolonger une conversation, si cela revenait à parler de soi. Même avec ses amis, il restait assez fermé, sans pour autant être froid. Il avait des proches dont il savait peu de choses... voire même ignorait la date d'anniversaire. Bien que friand de connaissances, il ne pensait pas devoir tout savoir sur quelqu'un s'il voulait devenir son ami. Il était très proche d'Abigail, et pourtant ignorait totalement sa véritable origine ! (dans un sens, il pense la connaître, alors qu'elle est fausse... mais c'est tout comme)

Alors qu'il lisait, à moitié plongé dans sa lecture, plus pour lire que pour se passionner, Vincent ne remarqua pas la silhouette qui se faufila à quelques mètres de lui, dans la petite ombre de la tour. Il n'eut cependant pas besoin de sentir cette présence extérieure, puisqu'il put détecter rapidement celle... « intérieure ».

Vincent était un Occlumens assez connu dans l'école pour une petite chose sur son don : celui-ci était plus ou moins activé en permanence. Il voulait à tout prix éviter que qui que ce soit puisse fouiller dans sa tête, découvrir ses hontes, trouver ses peurs inconnues... C'est pourquoi, à force d'entraînement depuis son plus jeune âge, le français n'avait plus aucun mal à se tenir prêt à quasi toute occasion – sauf quand il dormait bien sûr, mais dans ce cas ça reviendrait à le réveiller. Pouvoir rejeter l'intrusion d'un Legilimens dans sa tête demandait bien sûr de l'effort. Mais Vince, toujours sur ses gardes, pouvait déjà sentir lorsque quelqu'un essayait de forcer son esprit. Ainsi donc, même en pleine concentration sur quelque chose d'autre, il pouvait rapidement deviner qu'on cherchait à forcer cette porte mentale...

Sentant ainsi une main invisible essayer de lui ouvrir le crâne, Vincent riposta immédiatement, sans bouger, à part en fronçant les sourcils. Appelant les pleins pouvoirs de son don, il renforça sa barrière qui repoussa alors cette main enchantée qui devait rendre une légère poussée (imaginairement physique) à son propriétaire. Cette manière de venir lui pénétrer le cerveau par surprise, avec discrétion, ça ne pouvait être que cet infâme personnage.

« Sort de ma tête, Svanes. » pensa alors Vince en envoyant le message à l'esprit de sa Némésis.

La barrière était maintenant entièrement renforcée, et le français ferma son livre avant de se tourner vers lui, l'air agacé.

Tu parles d'un anniversaire.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard • Sixième année
avatar
Messages : 59
Serpentard • Sixième année
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Sam 4 Mar - 17:09

Vincent... Quelques secondes après il m'éjecte de son esprit, sans prononcer un mot ni cligner des yeux, non. Son seul mouvement est celui de ses sourcils, le reste de son corps n'a pas bougé, toujours à cette même place tandis que ses yeux parcourent quelques lignes du bouquin qu'il tient à la main. Je grogne. Haïssant cette sensation, lorsque le pouvoir me revient brutalement. Et il est l'un des seuls à la provoquer, parce que l'un des seuls à avoir cette force. Alors je tressaille. Lève vers lui mon regard de jais dans lequel brille une lueur légèrement amusée, toutefois teintée de cet agacement. Je me le demande, si un jour je parviendrai à les briser ses barrières ancrées si profondément en lui. Si au moins, je réussirai à y créer une faille, aussi minuscule soit-elle. Mais pour l'heure, ce n'est pas la question. Parce que sa voix résonne dans ma tête et que sa voix est plantée sur moi. Je me hérisse. La couleur de ses yeux m'a souvent mis mal à l'aise, de même que le blond de ses cheveux. Il a un truc, je ne sais quoi, un petit quelque chose qui ne cesse de m'agacer, me donne envie de l'attaquer de plus belle. Je lui renvoie son regard, laisse un sourire réservé s'épanouir sur mon visage. Lui et moi nous ne nous comprenons pas, je ne crois pas que nous nous soyons déjà réellement parlé à vrai dire, ou alors était-ce il y a longtemps.

Elles passent vite, les années, de plus en plus. Elles défilent et on ne peut rien y faire. Dans six mois, il me semblera que seules quelques semaines se sont écoulées. Et cette journée ne sera plus qu'une illusion dans la vague de nos souvenirs. Un fragment que nous aurons tôt fait d'oublier, parce que c'est ainsi que l'être humain fonctionne. La plupart des moments qu'il vit sont vides d'intérêt, superficiels, et il ne se souviendra réellement que de quelques uns, jusqu'à ce que le temps se charge de les altérer, jusqu'à les gommer entièrement.

"Bonjour, Vince."

Une habitude, de l'appeler par un surnom, parce que ça rend toutes nos querelles moins formelles. Même si nous ne sommes rien l'un par rapport à l'autre, que nos regards sont toujours chargés d'agacement, de colère ou de reproches. Même si j'aime beaucoup trop revenir à la charge, me briser contre ses défenses. Ça fait partie du jeu. C'est parfois épuisant, ou même rageant, mais je ne me décourage pas. La preuve, mon sourire revient, beaucoup plus éclatant, alors que je m'approche de lui en foulées régulières, souples et légères, jetant au passage un coup d'œil rapide. Oh, il ne me faut pas longtemps pour en découvrir le titre. Est-ce son genre de lecture ? Étonnant, de la part d'un homme comme lui. Ou alors est-ce la vision que j'ai de lui qui n'est que déformée.

"Ta lecture était intéressante ?"

Intéressante, sûrement. Mais captivante au point de lui en faire oublier le monde ? Visiblement pas. Il est revenu à lui beaucoup trop rapidement, trop facilement. Tout comme l'allure avec laquelle il faisait défiler les pages montre qu'il n'en lisait pas attentivement chacun des mots. Peut-être un peu trop scientifique alors ? Un livre qu'on ne relira pas deux fois, ou alors pas avant un laps de temps assez long pour l'avoir totalement oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle • Sixième année
avatar
Messages : 33
Serdaigle • Sixième année
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Sam 11 Mar - 12:03




For my birthday, I want to shut your mouth.

ft. Octans Svanes.


« Bonjour, Vince. »

Vincent ne se préoccupait pas de ce surnom et même de qui l'appelait ainsi. Ça se faisait dans sa famille, ça se faisait à l'école, et de toutes façons il ne faisait pas attention à ce genre de petit détail. On pouvait être familier avec lui que ça ne le dérangerait pas. Même si c'était Octans. Il ne répondit pas, le fixant seulement pour lui faire passer un message évident : ce serait sympathique de sa part s'il pouvait déguerpir.

« Ta lecture était intéressante ? »

Pas vraiment. Vince ne s'intéressait pas trop à l'Astronomie. C'était un cadeau offert « par politesse » dans une tentative vaine de l'ouvrir aux autres, mais sinon, il se forçait à le lire juste pour ne pas avoir amassé un objet inutile qui prendrait la poussière. Les livres, c'était bien souvent ça : on les lit une fois et on les range, sans presque jamais y toucher, mais on sait qu'ils sont là. On collectionnait tous les livres. On ne voulait juste pas s'encombrer de les relire trop souvent. Mais puisqu'on les avait lu, on les gardait. C'était une convention que tous avaient, après tout. Et Vincent, qui aimait apprendre en permanence, n'y faisait pas exception. Pour jouer donc le rôle du bon élève qu'il ne fallait pas déranger, il mentit :

- Passionnante.

Mais quasi-volontairement, il laissait paraître que non, c'était assez ennuyeux. C'était plus un prétexte pour lui faire comprendre qu'il n'était pas désiré, là, maintenant. Si l'élève qui lui avait fait ce cadeau avait pioché dans une autre matière, comme Histoire de la Magie, elle aurait tapé plus juste et là oui, Vince aurait vraiment apprécié. Ce n'était pourtant pas un secret qu'il adorait connaître les choses, et pourtant elle n'avait pas choisit la bonne cible. C'était déjà une étape de fichue dans son processus à l'approcher. De toutes façons, qui connaissait bien Vince ? Hormis Abigail et Noah, personne. Et elles n'avaient pas besoin de fouiller dans son esprit pour savoir, elles ! Connaître le fond de Vincent, ça n'était pas nécessaire pour devenir son ami.

Il était un peu le contraire de la manière de se faire des proches : moins on en savait sur lui, plus on s'entendait avec.

Même en étant très secret, Vince n'était pas objectivement froid et renfermé. Il suffisait de nouer le dialogue de la bonne manière. Ce que Octans ne savait manifestement pas faire.

Vincent referma son livre, jugeant bon de ne pas faire durer trop longtemps la mascarade s'il voulait que sa Némésis s'en aille le plus vite possible. Car malgré cette maîtrise de soi, le français ne voulait évidemment pas perdre plus de temps à parler chiffons et esprits fermés avec le Serpentard.

- Dis-moi plutôt ce que tu veux, Octans. Lire dans mon esprit ? Abandonne une bonne fois pour toutes, j'ai bien trop l'habitude pour que tu puisses y parvenir.

Ou plutôt, il était à l'affût en permanence, ce qui rendait la chose compliquée. Et encore, il avait de la chance que Octans et lui aient le même âge – il aurait suffit que le Serpentard soit plus vieux pour avoir de meilleures chances. Enfin...

- D'ailleurs, aujourd'hui, tu serais gentil de me laisser méditer comme je l'entends.
love.disaster
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard • Sixième année
avatar
Messages : 59
Serpentard • Sixième année
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   Lun 13 Mar - 11:28

L'amusement fait quelques secondes flamboyer le jais de mes prunelles tandis que sur mes lèvres s'esquisse une lueur narquoise qui s'essouffle bien vite au profit d'un peu plus de douceur, d'une tendresse dissimulée face à sa révolte qu'il fait passer par ce simple mot. Je ne suis pas le bienvenue et je le sais parfaitement, nous ne nous cachons plus depuis longtemps, si tant est que nous l'ayons déjà fait. Pourtant je ne repars pas d'où je viens. Notre rencontre aujourd'hui est due à un hasard un peu trop ironique mais j'ai tout autant le droit que lui d'être ici en cet instant, même si rester à côté de lui met notre patience à rude épreuve. Il y a des personnes avec qui le courant ne passe pas, c'est ainsi pour toute personne dans ce monde. Lui et moi on s'accroche. C'est difficile, sans vraiment de raison, peut-être parce que, ne sachant pas comment l'aborder, j'ai directement commencé à l'attaquer, peut-être pas. Je n'en sais rien, ça fait trop longtemps que ça ne fonctionne pas entre lui et moi. Je ne me souviens plus pourquoi c'est ainsi, ça l'est c'est tout, et oui parfois moi aussi je trouve qu'on est deux imbéciles et qu'au lieu de se lancer des piques, nous ferions mieux d'avoir une bonne conversation, pourtant je continue à le chercher. Il faut dire qu'il répond à chaque fois et qu'au fond, ça anime un peu nos journées. Eh Vincent, parfois je me demande quand même si tu ne me hais pas tout bonnement.

"C'est bon, calme-toi. Je ne pensais pas te trouver ici quand j'ai décidé de venir. Ce n'est qu'une coïncidence, bien qu'elle soit très certainement malheureuse à tes yeux."

Certains jours, j'aimerais qu'on puisse parler – ou au moins se supporter – sans que ça ne parte en menaces sous entendues et en remarques agacées. En faire mon allié au lieu d'un ennemi. Lui montrer qu'on n'est pas si imbéciles, qu'on peut changer d'avis sur quelque chose, quelqu'un. Et que je ne suis pas juste un crétin qui tente de s'insinuer dans son esprit pour lui dérober quelques informations qu'il me suffirait de lui demander, non, je voudrais qu'il comprenne que je ne suis pas ainsi, que je ne fais que m'entraîner pour parvenir à m'améliorer et que je ne souhaite absolument pas violer son intimité. Mais lui ne voit que ce but là de la Legilimancie et pas les autres, alors que ce pouvoir ne se limite pas qu'à cela. Je l'ai expérimenté avec Valérian après tout et je me suis rendu compte qu'il me fallait bien plus de victimes, plus d'entraînement. Je tressaille un peu, me mordant la lèvre en lui jetant un regard mauvais. Lorsqu'il se comporte ainsi, j'ai simplement envie de tout lui renvoyer en pleine face, de me montrer aussi froid et mordant qu'il sait l'être. De me comporter comme tous ces Serpentards qui aiment à humilier par les mots ou les coups afin de rendre justice à notre réputation. Mais je ne le fais pas, me retiens encore un peu. Ma rage, ma colère, je les relâcheraient une fois seul, lorsque les songes seront tombés sur la plupart des personnes du château, parce que les contrôler est une force et les laisser aller, un coup à perdre la raison.

"Et en quel honneur devrais-je te laisser en paix ? J'ignore si tu l'as remarqué, mais tu es le seul qui m'attaque depuis mon arrivée."

Si on ne compte pas l'utilisation du sortilège, mais il devrait être habitué, n'est-ce pas ? Je secoue la tête, pose une main sur son épaule que je serre brièvement. Je n'ai aucun scrupule à le faire, mais préfère m'écarter pour ne pas me prendre un coup ou subir une réaction disproportionnée à mon geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Unhappy birthday || ft. Octans S.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Unhappy birthday || ft. Octans S.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Unhappy birthday | Edgard
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Happy Birthday Poils aux pattes!
» Nebby Birthday
» 19 mai 1962: Happy Birthday to you mister president...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas, Poudlard 1850 :: Poudlard :: tours :: Tour d'Astronomie-
Sauter vers: