PROFIL- MP PROFIL- MP PROFIL- MP •• Il semblerait qu'une chèvre ou bien un bouc, personne ne sait vraiment de quoi il s'agit, se balade dans les couloirs du château. Parfois même, des élèves affirment entendre le rire mesquin de cette maudite bestiole sans jamais pouvoir mettre la main dessus. Le directeur affirme pourtant qu'aucune chèvre ou bouc ne se balade dans les couloirs. Affaire à suivre.

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poufsouffle • Cinquième année
avatar
Messages : 53
Poufsouffle • Cinquième année
MessageSujet: Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]   Sam 28 Jan - 14:23

C’était samedi, et la journée avait mal commencée de toute façon, toute la nuit, une tempête avait fait rage au-dessus des toits de l’école. Le bruit du vent, la pluie giclant sur les fenêtres et les éclairs intempestifs avaient rendus la nuit peu reposante, surtout que Val s’était couché tard pour avancer dans ses devoirs et être un peu plus libre ce week-end. Ensuite, il avait été réveillé aux aurores par un petit hibou froissé qui tapait contre la fenêtre, une beuglante trempée dans le bec. Oui, une beuglante, pour l’un de ses camarades de chambre dont les professeurs étaient très mécontents, et qui l’avaient visiblement fait savoir à ses parents. Val n’avait pas suivi toute l’histoire, trop occupé à se boucher les oreilles, mais ça avait parlé d’une bombabouse malencontreusement tombée en cours de métamorphose.

Après ça, impossible de fermer l’œil, pourtant avec le ciel noir et la pluie qui tombait drue, il faisait encore très sombre. Val tourna dans son lit un moment, puis se résigna et rejoignit la salle commune pour y lire un livre, le chat de quelqu’un d’autre lové sur ses genoux. Seul moment de répit dans cette triste journée. Au petit déjeuner, il confondit son muesli aux fruits habituel avec le porridge, et dû avaler cette bouillie infâme pour ne pas gaspiller. Il n’avait jamais aimé la gastronomie anglaise, mais de tout ce qui existait, le porridge était l’un des pires.

Une fois ce repas à vous retourner l’estomac terminé, il était rentré dans sa chambre, pour constater qu’une bouteille d’encre s’était ouverte dans son sac. Il passa une bonne partie de son temps à la bibliothèque, à chercher un ouvrage pouvant lui expliquer comment récupérer ses livres – c’était quand même des livres magiques – mais dut réécrire entièrement sa longue dissertation d’histoire de la magie. Quand il eut terminé c’était la fin de la matinée, et l’histoire soporifique de la énième guerre des trolls refusait de lui sortir de la tête. Si bien qu’il se trompa une fois de plus en empruntant les escaliers pour retourner à sa chambre, et se retrouva au mauvais étage.

C’est alors que Val entendit un vacarme inhabituel dans une des salles de classes, qui aurait dû être vide ce jour-là. Curieux, il poussa la porte entrouverte au moment où une table était renversée, le sol était jonché de boulettes de papier, de morceaux de craie et de bouteille d’encre brisées. Il entendit trop tard le caquètement désagréable de l’esprit frappeur. À ce moment-là, il savait que sa journée était définitivement fichue, Peeves n’avait jamais été tendre avec lui, et courir ne le sauverait pas. Alors il fit face à son destin.

« Peeves ! Arrête ça tout de suite, je vais prévenir les professeurs ! »

Sa voix était un peu plus aiguë que d’habitude, et il se sentit aussi charismatique et menaçant qu’une chaussette. Quelque part hors de sa vue, une voix nasillarde l’imita.

« Je vais prévenir les professeurs ! Ça c’est ce qu’on va voir ! »

Un rire retentit, et Val eut l’impression qu’on lui versait un seau d’eau glacé sur la tête. Puis ce fut le silence. Le jeune homme resta interdit un moment, tourna sur lui-même, tâta son visage et ses vêtements. Qu’est-ce qu’il lui avait fait ? Il ne ressentait rien de spécial, sa tête n’avait pas doublé de volume, pas plus que son nez ou ses oreilles, tout semblait normal. C’était suspect, il restait l’hypothèse peu probable que le sortilège qu’on lui avait lancé n’avait pas marché, mais il n’y croyait pas. Il sortit de la salle, incertain, et ne vit pas arriver un autre un autre élève qui passait par là, qu’il faillit percuter. Il voulut aussitôt s’excuser.

« Par merlin, tu ne pourrais pas faire attention ! Excuse-toi ! »

Il porta aussitôt les mains sur sa bouche, l’air affolé, il avait l’impression que quelqu’un d’autre avait parlé à sa place. Il balbutia.

« C’est… exactement ce que je voulais dire, et ce n’est pas Peeves qui a mit le bazar dans cette salle, c’est moi. »

Horrifié, il fit « non » de la tête, tout en remettant ses mains sur sa bouche, l’air complètement affolé. Il comprenait enfin ce que produisait le sortilège qu’il avait reçu, il ne pouvait plus dire ce à quoi il pensait, c’était même le contraire qui ressortait. En panique, il tenta de penser exactement le contraire de ce qu’il voulait dire, ce qui était beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

« Peeves… m’a… un sort… ensorceler. »

Articula-t-il difficilement avant de remettre les mains sur sa bouche, ses grands yeux bleus criant au secours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor • Septième année
avatar
Messages : 35
Age : 19
Gryffondor • Septième année
MessageSujet: Re: Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]   Dim 12 Fév - 10:41

Tout commence mal
HRP:
 
La matinée avait été terriblement ennuyeuse. En tant normal, Faith serait allée dehors histoire de se dégourdir les jambes mais malheureusement pour elle, la pluie n'avait toujours pas cessé. Observant d'un œil morose les gouttes qui s'écrasaient sur les carreaux, elle se retrouvait coincée dans le château pour toute la journée. Elle essayait tout de même de relativiser. Ce n'était pas si mal après tout, elle était au chaud et le château était assez grand pour lui accorder assez d'espace, non ? Elle pouvait peut-être consacrer cette journée à chercher des passages secrets, dont elle avait entendu certaines rumeurs, ou même essayer de percer le mystère de cette drôle de chèvre que certains assuraient avoir vu au détour d'un couloir. Les activités ne manquaient pas et elle n'avait nullement envie de perdre son temps, plantée là, en plein milieu du couloir, alors elle se mis en route.

Au hasard, elle traversait les couloirs, gravissant et descendant les escaliers qu'elle rencontrait sur son chemin. Elle ne croisait pas énormément d'élèves, la plupart était sans doute dans la grande salle ou même à la bibliothèque. Elle devrait s'y trouver elle aussi mais les révisions, ce n'était définitivement pas fait pour elle. Rien de plus barbant que de rester assise pendant des heures, la tête plongée dans un livre . Parfois, lorsqu'elle avait l'humeur pour, elle appréciait s'abreuver de connaissance, notamment en Astronomie, qui restait sa matière préférée, mais ces moments se faisaient rares, trop rares peut-être. Elle s'inquiétait, juste un tout petit peu, pour son ASPIC. Elle ne voulait pas non plus obtenir un Troll à chaque matière, ce serait pire qu'humiliant. Demain, peut-être, elle se rendra à la bibliothèque pour réviser. Avec Judith, pourquoi pas, elle était plus assidue qu'elle alors elle arriverait peut-être à la motiver. Si elles ne décidaient pas de s'amuser entre les allées.

Observant autour d'elle, elle remarquait qu'elle avait atterri au premier étage, et également que Fang l'avait suivit. Franchement, ce chat arrivait à sortir de nulle part et à faire comme si il n'était pas là, c'était presque magique. Qui sait, ce chat avait peut-être de la magie dans le sang ? Avec un sourire, la gryffondor s’accroupit pour casser l'animal, qui ronronna à son contact. La vie de chat semblait sympa, elle aimerait bien essayer. Elle enviait les animagus, qui pouvait découvrir d'une autre façon le monde animal. Prenant son ami dans ses bras, elle se redressa et continua sa route, époussetant sa robe de sorcier au passage. A partir de là, elle ne prêtait plus vraiment à ce qu'elle avait devant elle ni à ce qu'elle entendait, s'amusant à embêter son chat et ainsi, elle faillit percuter un étudiant qui venait de sortir d'une salle, celle de Défense contre les forces du mal si elle ne se trompait pas.

Immédiatement, le garçon se mit sur la défensive, lui hurlant presque dessus. Oulah, visiblement quelqu'un s'était levé du mauvais pied ! La suite ne fit que la surprendre, haussant un sourcil, ne comprenant pas vraiment le comportement du garçon, un poufsouffle vu son uniforme. Peeves, hein ? Dés qu'on parlait de lui, il y avait un problème. Après tout, qu'importe où passait Peeves, il y laissait toujours sa trace. Un petit coup d’œil derrière l'épaule du brun et Faith pu voir le bazar qui avait été mis dans la salle. C'était définitivement le genre de l'esprit frappeur. Pendant se temps, son vis-à-vis affichait une mine effarée, visiblement totalement perdu, et bégayait des choses quasiment incompréhensible. C'était suffisant pour que Faith éclate de rire, comprenant immédiatement que le fantôme avait joué un mauvais tour au garçon. Sacré Peeves ! Il était sûrement planqué dans un coin en train de se délecter de la réaction de sa victime.

« Pas de panique, je pense que j'ai compris le rassura-t-elle après s'être calmée. Je te plains, tu n'aurais vraiment pas du mettre les pieds cette salle. Peeves est une vraie petite peste. »

Oups, elle avait dit ça tout haut. Sans doute que l'intéressé se vengerait pour ça, à l'occasion, mais bon, elle avait encore le temps. A moins qu'aujourd'hui il soit d'excellente humeur et décide de faire une pierre deux coups. Elle dévisageait le poufsouffle de la tête aux pieds, se demandant ce que Peeves avait bien pu lui infliger, mais elle ne trouvait rien de remarquable. Alors c'était uniquement dans sa façon de parler. Dans le genre, rendre les gens acerbes ? Non non non, ça ressemblait plus à du « Je dis le contraire de ce que je pense », vu la tête qu'il tirait. Il ne manquait pas d'imagination le Peeves.

« Ça a l'air d'être assez embêtant. Besoin d'un coup de main ? Ils sauront sans doute comment régler le problème à l'infirmerie. A moins que tu préfères rester toute la journée comme ça, les serpentards t'apprécieraient beaucoup je pense ajouta-t-elle avec un sourire moqueur. »

Oh oui, ça ferait plaisir à certains de voir une personne désagréable de plus, de quoi gonfler les rangs des vipères. A n'en pas douter, le garçon allait continuer à déblatérer des paroles pas forcément au goût de tout le monde et qui pourrait en plus lui porter préjudice. Dommage, s'il avait été malpoli, les choses auraient été plus simples. En tout cas, Faith avait trouvé sa source de divertissement pour la journée. Ou du moins pour l'heure qui suivait.

Elle relâcha Fang qui commençait à réclamer un peu de liberté et qui ne se gêna pas pour venir se frotter aux jambes de l'autre étudiant. C'est ça, va donc faire la coure aux autres, sale traite. Elle reporta son regard sur le brun, toujours en panique. Sa tête valait son pesant d'or mais inutile de trop s'affoler pour ça, elle n'allait pas le manger après tout. Peut-être tirer cette situation à son avantage afin de rigoler un peu mais rien de bien méchant, juste sa taquinerie habituelle.
sous-titre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poufsouffle • Cinquième année
avatar
Messages : 53
Poufsouffle • Cinquième année
MessageSujet: Re: Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]   Lun 13 Fév - 12:51

Spoiler:
 

Val n’arrivait plus vraiment à réfléchir, il paniquait juste. Déjà qu’il n’y voyait rien, ne plus pouvoir parler en plus commençaient à faire beaucoup de handicap pour une seule personne. Cela dit, il y avait au moins une personne pour qui la situation restait amusante – enfin, deux, en comptant Peeves – la fille qu’il avait manquée de percuter éclata d’un grand rire. Le jeune homme ne put retenir une moue vexée, maintenant bien sûr, il savait qu’il n’aurait pas dû ouvrir cette fichue porte et laisser Peeves à ses affaires, mais ça il n’aurait pas pu le deviner avant de le faire. Ah, c’était facile de critiquer quand on était pas dans la situation. Enfin bref, Val préféra ne pas relever de peur de dire encore des énormités. Et puis, à sa place il aurait sûrement ri aussi.

« Tu as raison, c’est très drôle. Très drôle… »

Ne voyant pas les couleurs, le poufsouffle ignorait dans quelle maison était sa camarade, mais il était sûr de ne l’avoir jamais vue dans sa propre salle commune ou à sa table, ni elle ni son chat. D’un côté, ce n’était pas une mauvaise chose, ça éviterait peut-être de trop ruiner sa réputation de gentil garçon, d’un autre ça pouvait aussi être pire, il ne la connaissait pas après tout. Qui sait ? Il avait peut-être à faire à une serpentard qui allait profiter de la situation pour rire un bon coup. La suite sembla plutôt rassurante, elle lui proposait de l’aider, d’aller à l’infirmerie. C’est vrai ça, il n’y avait même pas pensé, la première idée qui lui était venue à l’esprit était de se planquer quelque part, peut-être dans le lit qu’il n’aurait jamais dû quitter. De toute évidence, l’enchantement allait finir par se défaire de lui-même, jamais Peeves n’avait incapacité un élève pour le restant de sa vie, mais s’il pouvait se débarrasser de ça plus vite, ça n’en sera que mieux. En plus, vu ce que la fille disait des serpentard, ça n’en était pas une, il n’avait rien de spécial contre eux, mais dans une situation délicate comme celle-ci, ne pas en croiser était plutôt une bonne chose.

« Non, n’y allons pas ! Heu, pardon… Oui ? »

Val allait se mettre en route pour l’infirmerie, quand le chat de la fille sauta au sol et vint se frotter contre lui. Le jeune homme eut immédiatement un sourire, il adorait les animaux en général, et les chats en particulier. Impossible de ne pas craquer devant une aussi adorable petite boule. Il se pencha pour lui gratter le derrière des oreilles.

« Qu’il est moche ! Tu es vraiment une sale petite bête, pas vrai ? Aïe ! »

Le chat lui donna un coup de griffe et partit avec un feulement courroucé. Oups. Inutile de dire que ce n’était pas exactement ce que Val pensait. Il porta son doigt où perlait une goutte de sang à sa bouche et regarda la fille d’un air désolé, préférant s’abstenir de le dire à voix haute au cas où.

« Bon… L’infirmerie… »

Prenant les devants sur sa destinée, Val se mit en marche. Étant malvoyant, et sachant que cette journée était plutôt mauvaise, il avança avec toutes les précautions du monde, notamment dans les escaliers si souvent traîtres, et c’est donc à un rythme plutôt lent qu’ils approchèrent de l’infirmerie. Là l’infirmière lui fit passer toute une batterie de tests, avant que le verdict ne tombe.

« Désolé, Monsieur Tourtebuse, je n’arrive pas à déterminer quel sort exact vous a été lancé. Dans cette situation, il vaut mieux éviter d'essayer un contre-sort, cela risquerait d’aggraver le problème. Mais, connaissant Peeves, les effets devraient se dissiper d’ici une heure ou deux. »

« Une heure ou deux ? »

Val blêmit, il lui sembla alors entendre un rire semblable à un caquètement dans un coin de la pièce, mais quand il se retourna, il ne vit rien. C’était peut-être son imagination, il commençait à devenir fou, ça y est. Finalement, n’ayant plus rien à faire ici, il se leva et rejoignit la fille.

« Je ne te remercie pas pour ton aide, tout ça était inutile et… Raaah. »

Exaspéré, Val fouilla dans son sac et en sortit une ardoise et une craie. Il se mit à griffonner rapidement.

Merci.
Tu as sûrement mieux à faire que rester avec moi.
Je vais aller me cacher, je pense.

Puis il ajouta, sur un ton d’excuse.

« J’adore déranger les gens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor • Septième année
avatar
Messages : 35
Age : 19
Gryffondor • Septième année
MessageSujet: Re: Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]   Mer 15 Fév - 22:43

Tout commence mal
Visiblement, le garçon n'était pas ravi qu'elle se paye sa tête à se point mais honnêtement, c'était plus fort qu'elle. Qui n'aurait pas rigoler face à une pareille situation de toute manière ? Une infime minorité, sans doute. Ou alors c'était juste un moyen pour elle de se rassurer,  ne souhaitant pas avoir le rôle de la méchante se moquant du malheur des autres. Qui sait ? Elle avait mieux à penser de toute façon. De nouveau, le poufsouffle pris la parole, se faisant de nouveau avoir par le maléfice. Faith ne put retenir un sourire de pointer sur ses lèvres en écoutant l'étudiant se reprendre. Cela ferait une excellente pièce de théâtre, dans la catégorie comédie, évidemment. Et lorsqu'il porta son attention sur Fang, la brune imagina le pire. Avant même qu'elle n'ait pu le mettre en garde contre le caractère un peu trop susceptible de son chat, les mots étaient déjà sortis de sa bouche, sur un ton tellement gentillet et doux que la gryffondor ne résista pas cette fois-ci et pouffa de rire. Le pire fut lorsque Fang, n’appréciant nullement ses paroles, laissa une belle trace de ses griffes sur sa main avant de s'enfuir, sans doute pour aller se cacher quelque part et mâcher toute sa peine. Monsieur aimait bien se prendre pour un humain.

Lorsque le brun posa son regard sur elle, elle lui accorda un fin sourire d'excuse, tout de même navrée de ne pas avoir eu le temps de lui empêcher un petit bobo. Mais elle n'oublierait pas cette scène de si-tôt, ça non.

« Il t'aura pardonné la prochaine fois qu'il te recroisera, ne t'en fais pas. »

Par chance, Fang n'était pas aussi rancunier qu'elle, il aimait trop les caresse pour ça de toute façon. Sur ce, ils se mirent finalement en route pour l'infirmerie. La noiraude marchait légèrement en retrait, laissant le garçon ouvrir la marche. Elle nota que ce dernier avançait très prudemment, comme s'il craignait de se prendre quelques chose en pleine figure. Extrêmement maladroit peut-être ? A moins que ce ne soit un problème de vue. Peu importe, Faith prêta ainsi attention à ses mouvements ainsi qu'à ce qui se passait autour d'eux afin qu'il ne lui arrive rien. Déjà qu'il devait supporter la farce de Peeves, si en plus il arrivait le nez cassé à l'infirmerie, on pourrait vraiment dire que ce n'était pas son jour de chance.

Arrivés à destination, ils furent rapidement accueillit par l'infirmière, toujours armé de son sourire chaleureux. La joueuse de Quidditch aimait bien passer du temps à l'infirmerie, elle pouvait discuter de tout et de rien ici. Une frappe de cognard ne lui faisait donc pas si peur que ça, enfin, seulement sur le moment.

Après une petite analyse de son patient, le verdict tomba. Elle s'y était attendu à vrai dire. Pour tous les cas qu'elle avait pu rencontré où Peeves était responsable, le plupart n'avait trouvé aucun remède, passant ainsi les heures les plus longues de leur vie. Si ce n'était qu'une heure ou deux, ça allait pour le poufsouffle, bien que son drôle de handicap pouvait lui attirer quelques problèmes s'il tombait sur les mauvaises personnes. De nouveau, sa réplique détournée l'amusa, tout autant que lorsqu'il sorti une ardoise de son sac afin de pouvoir s'exprimer correctement. Son envie de se cacher se comprenait parfaitement. Il avait l'air d'être le genre de garçon gentil, qui ne cherchait absolument pas à faire d'histoire et se montrant poli avec tout le monde. Se retrouver dans une situation complètement inverse ne ferait que le perturber plus qu'il ne l'était déjà. Néanmoins, Faith n'était pas prête à l'abandonner, du moins pas encore. Outre le fait qu'elle s'inquiétait pour le garçon, elle voulait encore profiter un peu de la dose d'humour qu'il lui procurait. Dit comme ça, ça paraissait assez étrange.

« Honnêtement, je n'ai rien à faire de ma journée alors ça ne me dérange pas de rester avec toi le temps que le maléfice se dissipe expliqua-t-elle. Ce serait dommage qu'il t'arrive quelque chose. Je connais un coin où tu ne risque pas d'être dérangé, suis-moi. »

Elle ne lui laissait pas vraiment le choix. Ou plutôt, elle ne lui demandait pas son avis. S'il ne voulait pas la suivre, c'était le moment de protester. Néanmoins, aucune protestation ne s'échappa de sa bouche et il consentit à la suivre sans rechigner. Faith avait cette drôle d'habitude de s'agripper aux personnes qu'elles croisait pour potentiellement les entraîner à sa suite. Pour autant, elle ne tissais pas énormément de liens avec les autres. Elle parlait à beaucoup de monde, connaissait pas mal de tête mais cela s'arrêtait là. Ses vrais amis, elle pouvait les compter sur les doigts d'une main et c'était bien mieux ainsi.

Gravissant les escaliers et traversant les couloirs, elle s'assurait que le brun la suivait toujours et surtout qu'il ne s'était pas pris les pieds dans quelque chose. Elle se concentra même sur la vitesse de sa marche afin de ne pas aller trop vite pour le garçon. Elle pouvait être chiante parfois mais elle n'en était pas pour autant méchante avec le premier venu. Arrivée au septième étage, elle s'engagea dans un couloir qui la mènerait ensuite vers la salle de Divination mais entre temps, son attention fut attirée par autre chose.

Se stoppant net, elle se tourna vers le mur à sa droite, où elle voyait très nettement une porte se dessiner parmi les pierres qui le composaient. Elle cligna plusieurs fois des yeux, se demandant si elle était en train de rêver ou si elle avait juste des hallucinations mais non, une porte se dressait bel et bien devant elle à présent. Elle jeta un regard au poufsouffle avant de hausser les épaules.

« On ne va tout de même pas refuser cette invitation ! lança-t-elle avec un sourire et une lueur de curiosité dans le regard. »

Et sur ces mots, elle poussa la lourde porte afin de découvrir ce qu'il y avait derrière.

HRP:
 
Blabla
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout commence mal [Libre, venez venez ! :D]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» VENTE DE GARAGE, TOUT TOUT TOUT EST EN LIQUIDATION!!! VENEZ VOIR ÇA, C'EST LA GRANDE VENTE DE L'ANNÉE!!! OMG C'EST MALADE!!!
» Une journée, tout simplement (Libre)
» Foudre, le tout puissant. [LIBRE]
» Elisabeth - Venez, venez à moi petites brebis!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas, Poudlard 1850 :: Poudlard :: premier étage :: Salle de DCFM-
Sauter vers: